Gregor Mendel le moine jardinier

 

  •  Quelques informations sur Mendel...

Johann Gregor Mendel est un moine et botaniste autrichien germaphone. Il est couramment reconnu comme le père fondateur de la génétique. Il est à l'origine des lois de Mendel qui définissent la manière dont les gène se transmettent de génération en génération. En 1851, Mendel part à Vienne pour suivre les cours à l'Institut de physique de Christian Doppler. C'est là qu'il va s'intéresser aux théories de Franz, professeur de physiologie végétale. Ce dernier préconise l'étude expérimentale pour comprendre la naissance des caractères nouveaux chez les végétaux au cours de générations successives. Il espère ainsi résoudre le problème que pose l'hybridation (croisement de plantes ou d'animaux) chez les végétaux.

 

  • Expériences

Mendel met sur pied un plan d'expériences visant à expliquer les lois de l'origine et de la formation des hybrides. Il expose et publie les résultats de ces études en 1865 dans un article intitulé : Recherches sur des hybrides végétaux. Il choisit d'étudier l'hérédité de pois comestibles présentant sept caractères dont chacun peut se retrouver sous deux formes alternatives, facilement identifiables : forme et couleur de la graine, couleur de l'enveloppe, forme et couleur de la gousse, position des fleurs et longueur de la tige.

 

La première expérience qu'il décrira dans son article consiste à étudier les résultats d'hybridation obtenus pour l'une des paires de caractères uniquement. Par exemple, la «forme du pois» (caractère phénotypique régit par un seul gène) qui existe selon deux variantes : graine lisse ou graine ridée (expression de chacun des 2 allèles du gène que Mendel appelle facteur).

Les pois se reproduisant naturellement par auto fécondation, il arrive par conséquent à sélectionner des lignées pures dont l'ensemble des individus possèdent toujours la même forme alternative, soit une lignée parentale à graines lisses (que on appellera P1, pour la suite du raisonnement) et l'autre à graines ridées (que on appellera P2). Le croisement se fait en déposant du pollen d'une fleur de la lignée P1 sur le pistil d'une fleur de la lignée P2 (à laquelle il avait retirée les étamines pour éviter tous risques d'auto fécondation). Il prend le soin de réaliser des fécondations réciproques (pollen de P2 sur pistil de P1) pour voir si les résultats sont semblables. Toutes les graines de pois produites par les plantes ont un aspect lisse. Le caractère "ridé", pourtant présent chez l'un des parents, n'apparaît pas : il semble avoir complètement disparu. Les individus obtenus par croisement de P1 et de P2 sont par conséquent des hybrides (qu'on note généralement F1).
Mendel croise alors les plants obtenus en F1 entre eux. Et parmi les descendants de seconde génération (F2), le caractère "ridé" réapparaît. Et pas n'importe comment : dans une proportion de 1 pour 3. Il a donc prouver que le facteur «graine lisse» est dominant tandis que le facteur «graine ridée» est récessif.

  • Les lois de Mendel

La première loi est l'uniformité des hybrides (produits que résultent le croisement de deux espèces différentes) en première génération.

La deuxième loi est la ségrégation indépendante de plusieurs couples de caractères en seconde génération (cela correspond à la loi de pureté des gamètes : chaque gamète ne contient toujours qu'un seul facteur héréditaire pour un caractère donné, une seule version de chaque gène).

La dernière loi est la disjonction indépendante de caractère (cela met l'accent sur le fait que les différentes versions d'un caractère se séparent et se réassortissent indépendamment de celle d'un autre caractère).

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×